IDEAT

 

Message personnel de Laurent Blanc, éditeur et fondateur d'IDEAT Magazine :

Elle ne se mettait jamais en avant, ne parlait jamais trop fort et son sourire était si naturel et bienveillant qu’il vous restait gravé dans la tête… Elle était drôle (vraiment) et il suffisait qu’elle me regarde pour que je comprenne qu’il y avait un petit problème… Elle m’a toujours soutenu dans mes projets (même les plus fous), elle ne parlait jamais méchamment des gens (même de ceux qui le méritaient), elle aimait le rose… et les cornichons ! Elle m’a fait trois beaux enfants qui sont devenus grâce à elle de belles personnes dont je suis fier. Elle était la moitié d’IDEAT et y a mis tout son cœur, son âme, son talent et son goût pendant vingt ans.
Elle aimait les gens et leur posait des questions sur leur vie avant de parler de la sienne. Elle était (un peu) bordélique, mais c’était un très joli bordel. Elle avait de vrai(es) ami(e)s et un vrai regard sur les choses de la vie, même les plus sombres. Elle parlait remarquablement mal anglais, au grand dam de son père. Elle savait rendre un dîner romantique ET intéressant. Elle n’embrassait pas franchement. Elle était intuitive. Elle avait peur de l’orage. Elle aimait les senteurs de la Provence et des herbes du Sud, mais aussi les plages du Nord de la Bretagne et l’odeur de l’iode. Elle aimait les fleurs, les livres, les coloris gais, les jolis tissus et les belles matières.
Elle était belle… Anne-France était ma femme et elle est partie injustement et brutalement le 28 juin dernier. C’était un ange…

Message personnel de Laurent Blanc, éditeur et fondateur d'IDEAT Magazine :

Elle ne se mettait jamais en avant, ne parlait jamais trop fort et son sourire était si naturel et bienveillant qu’il vous restait gravé dans la tête… Elle était drôle (vraiment) et il suffisait qu’elle me regarde pour que je comprenne qu’il y avait un petit problème… Elle m’a toujours soutenu dans mes projets (même les plus fous), elle ne parlait jamais méchamment des gens (même de ceux qui le méritaient), elle aimait le rose… et les cornichons ! Elle m’a fait trois beaux enfants qui sont devenus grâce à elle de belles personnes dont je suis fier. Elle était la moitié d’IDEAT et y a mis tout son cœur, son âme, son talent et son goût pendant vingt ans.
Elle aimait les gens et leur posait des questions sur leur vie avant de parler de la sienne. Elle était (un peu) bordélique, mais c’était un très joli bordel. Elle avait de vrai(es) ami(e)s et un vrai regard sur les choses de la vie, même les plus sombres. Elle parlait remarquablement mal anglais, au grand dam de son père. Elle savait rendre un dîner romantique ET intéressant. Elle n’embrassait pas franchement. Elle était intuitive. Elle avait peur de l’orage. Elle aimait les senteurs de la Provence et des herbes du Sud, mais aussi les plages du Nord de la Bretagne et l’odeur de l’iode. Elle aimait les fleurs, les livres, les coloris gais, les jolis tissus et les belles matières.
Elle était belle… Anne-France était ma femme et elle est partie injustement et brutalement le 28 juin dernier. C’était un ange…